• Ce sujet contient 1,185 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par thelog, le il y a 18 minutes.
15 sujets de 511 à 525 (sur un total de 1,186)
  • Auteur
    Messages
  • #38411
    thelog
    Participant

      Bouquet Arche Trou

      L’air du petit matin était un peu frais et une légère brume voilait la prairie quand Roussette sortit le bout de son nez depuis l’entrée de son terrier en forme d’ARCHE. Elle regarda à droite et à gauche, se dressa sur ses pattes arrières et observa aux alentours si aucun danger ne s’annonçait. Rassurée, elle s’avança un peu plus et alla cueillir une gros BOUQUET de fleurs pleines de la rosée du matin pour ensuite le ramener dans son TROU. Cette scène se répétait chaque matin et au fil du temps du terrier sortait bien plus de monde avec la génération suivante qui avait grandi. Mais tout ne se passait pas toujours très bien au sein de la communauté des chiens de prairie. Des bagarres de territoires s’engageaient et des familles devaient alors déménager avec le risque de se faire attaquer par les prédateurs carnivores. Et oui, ces derniers prenaient leurs dus pour eux même faire vivre leurs familles ; tout ça, ça forme l’équilibre naturel (manger et être mangé). Mais pour l’heure Roussette prenait soin de ses petits et savait que bientôt ils seraient livrés à eux-même pour eux aussi fonder une famille. Elle a pris soin avec beaucoup d’attention de leur inculquer les notions de prudence de base pour éviter les crocs ou les serres. Et elle espérait que rien de faucheux ne leur arrive (si on veux un peu humaniser la nature en y mettant certains de nos sentiments bien sûr).

      Mary encore un coin de nature et un récit animalier. Je sais que ça fait peut-être un peu trop souvent que je prends ce biais là mais il a l’avantage de m’inspirer. GP ou toi prendrez un autre domaine comme le théâtre ou une visite en Grèce par exemple. On verra

      Salut à tous et bon samedi

      #38412
      g.p
      Participant

        Bouquet-arche-trou.
        Très souvent au cimetière je traîne mon ennui dans les allées toutes goudronnées d’asphalte gris. Le calme des lieux incite au silence et au recueillement. Tout y est rectiligne et les tombes bien alignées de part et d’autre dans une parfaite symétrie.
        A l’exception de quelques vieilles sépultures en forme de chapelle dont les arches avant et arrière se répondent de façon identique, les autres tombes sont en marbre tantôt gris, tantôt noir ou encore brunâtre. Elles luisent sous le soleil qui s’attarde comme s’il voulait apporter un peu de chaleur à cet endroit.
        De loin j’aperçois une vieille dame aux cheveux blancs, immobile devant le monument qu’elle a fait ériger à la mémoire de son homme. En m’approchant un peu je l’entends marmonner quelques paroles empreintes de tristesse. Qu’a-t-elle donc à dire à celui qui l’a quittée? Lui adresse-t-elle des reproches? L’assure-t-elle de tout son amour? ou récite-t-elle quelques prières?
        Rien n’efface le souvenir. Apparemment pour elle il est toujours vivant et elle lui parle chaque jour. Elle repasse dans sa tête le film de leur vie à deux, un film sans trou dans le défilé des séquences, de la première rencontre au baiser d’adieu. C’est avec d’infinies précautions qu’elle dépose sur la pierre le bouquet de fleurs qu’elle lui offre, comme au temps des jours heureux où c’était lui qui lui offrait.
        Et je me dis que parfois il vaut mieux être le gisant que le survivant.

        #38416
        thelog
        Participant

          Gp toujours un oeil qui traine du côté des « plus » vivants. Tu parles de souvenirs, mais il ne leurs reste que ça aux vivants pour « continuer » sans l’autre. Que ce soit un bon ou un mauvais souvenir, le fait est que nous nous souvenons de la personne que c’était en bien ou en mal. Habituellement une personne qui décède a beaucoup de qualité, la punition de perdre la vie est déjà assez pénible pour en ajouter en plus. Je ne dis pas que quelque fois son environnement est content de le voir disparaitre et que justice a tout de même un sens ici bas.
          Et GP il est certain que de fréquenter ces lieux de repos et y observer les « habitués » on est amené à se poser des questions sur le sens de tout ça. Qu’est-ce que c’est la mort ? Qu’y a-t-il après ? Et on essaie d’y répondre selon ce que l’on croit avec nos connaissances, et certain avec la foi. Mais là c’est un tout autre domaine qui requiert du tact et de la douceur. Faut pas oublier que les affrontements basés sur les religions ont tué et tuent encore des milliers de gens. Moi, je me demande bien pourquoi on ne pourrait pas vivre chacun avec ses croyances en toute laïcité (c’est peut-être simpliste et pourtant …)
          Pour égayer un peu cette journée et oublier un instant l’issu de toute vie pensons à rire au moins une fois durant la journée.
          et que diriez-vous de celle-ci ?

          Un monsieur visite un musée. Soudin il s’arrête et dit au guide :
          – Ah, c’est moche !
          – C’est du Picasso, répond le guide.
          Plus loin, il s’écrie de nouveau :
          – Ah, c’est vraiment moche !
          – Ça Monsieur, c’est un miroir !

          #38419
          Queenie
          Participant

            Très drôle Thelog. Souvent empreintes de tristesse en effet les histoires de G.P.mais elles se laissent lire.
            Oui la vie est bizarre. Je me demande aussi ce qu’il y a après. Et comme personne ne revient JAMAIS de l’après est-ce que ça veut dire que l’après n’existe pas ou qu’il est tellement bien qu’on n’a aucune envie de revenir ici-bas ????Ou qu’on ne se souvient pas qu’il y avait un avant…
            Les guerres de religion ont très souvent été présentes comme si c’était gênant que chacun vive la sienne sans gêner les autres comme tu dis Thelog… C’est certainement trop simple!!!Et on dirait que les hommes ne savent pas faire sans se battre..

            #38420
            thelog
            Participant

              Il est bientôt l’heure du 20h00 dans 1/4 d’heure, et avant d’oublier je vous propose de prendre connaissance des phonèmes à retenir pour demain:
              Girafe
              Sirène
              Insensible

              #38424
              g.p
              Participant

                Girafe-sirène-insensible.
                Sur son lit d’hôpital, la petite fille est agitée et des grosses larmes perlent sur ses joues. C’est la première fois de sa vie qu’elle se trouve ainsi allongée dans un environnement qui n’est pas le sien: des bruits de pas dans les couloirs, des bruits de portes qui s’ouvrent et se referment, des éclats de voix et à ce fond sonore ambiant vient s’ajouter le son des sirènes des ambulances qui vont et viennent sans arrêt.
                Rien n’est vraiment fait pour la rassurer. Heureusement sa maman est à ses côtés pour veiller sur elle, une maman qui pense à tout car de son sac elle sort le doudou chéri de sa fille: c’est une girafe qu’elle a prénommée Sophie. Cela la remet en confiance.
                Elle doit être opérée d’une appendicite. De nos jours cette intervention est devenue bénigne, plus besoin de faire de grandes ouvertures pour que le chirurgien opère, ni d’agrafes pour suturer ensuite les plaies. Trois petits trous suffisent et même pas de traces après cicatrisation. Les progrès de la médecine sont fulgurants et nous en sommes tous reconnaissants. Mais comment expliquer cela à la petite fille qui voit s’agiter autour d’elle une infirmière qui lui prodigue les soins préopératoires qui ont pour but de la détendre et de la calmer avant l’anesthésie.
                A peine arrivée au bloc elle est déjà à moitié groggy, elle perd peu à peu connaissance et devient insensible à tout. Il ne s’est pas passé deux heures que la fillette est déjà revenue dans sa chambre toute heureuse de retrouver sa maman qui pendant ce temps s’est occupée de son amie Sophie.
                Alors ma fille comment vas-tu?
                Même pas eu mal!!

                #38425
                thelog
                Participant

                  Oh Oui, tu as raison GP de dire que de grands progrès ont été apporté à l’hôpital et dans les interventions. Et c’est tant mieux pour les patients. (merci pour ce récit si imprégné de vérité)

                  Les malheurs de Sophie

                  Sophie apprécie le point de vue tout en hauteur grâce à ses 6m au dessus du sol, c’est très pratique dans la savane pour apercevoir les prédateurs. En effet, Sophie est une girafe qui mange les petites feuilles en haut des arbres en sortant sa longue langue bleue. Mais elle ne fait pas que cela, elle court aussi très vite si elle le veut et il le faut parfois lorsqu’un fauve la poursuit.
                  Mais, direz-vous, les acacias sont des plantes ayant des épines, alors ça ne lui pique pas !!! Eh bien non elle est, comme qui dirait, insensible à ça. Par contre, il y a une activité qu’elle n’aime pas et qui pourtant est indispensable sous le soleil, c’est de se désaltérer et là pour se mettre au niveau du point d’eau pour elle si grande ce n’est pas évident. Alors elle doit faire un grand écart avec ses pattes de devant et descendre son long cou qui ne peut se plier jusqu’à la surface de l’eau. Quelle acrobatie, et heureusement qu’une parente veille pendant cette manoeuvre sinon elle se ferait prendre par un carnivore.
                  Un jour dernier, justement, qu’elle s’abreuvait à une rivière, elle crut entrevoir un mouvement dans l’eau et croyant que c’était une sirène elle voulut entamer la conversation (on ne sait jamais peut-être ont-elle quelque pouvoir magique qui pourrait améliorer notre condition de vie, pensait-elle). Mais au fur et à mesure que la forme aquatique s’approchait elle reconnut un crocodile et aussitôt elle se redressa et s’écarta de la berge pour se mettre en sécurité. Elle avait eu vraiment chaud cette fois là. Et lorsqu’elle raconta ce qui s’était passé aux autres elle sut alors que les sirènes n’existent pas chez eux et que dans la rivière il n’y a que des crocodiles ou des hippopotames et bien sûr des poissons.
                  Toute honteuse de sa naïveté, elle retenue la leçon et on ne l’y prendra plus à faire causette avec un aquatique fut-ce Poséïdon en personne.

                  Sure ce , je vous souhaite un bon dimanche et à ce soir …

                  #38430
                  thelog
                  Participant

                    les mots de demain sont:
                    Paquet
                    Centre
                    Climatisation

                    #38432
                    marysha62
                    Participant

                      c’est le grand jour; maurice et nina se marie après 3 ans de vie commune;il fait beau;la célébration religieuse à lieu dehors sous l’ARCHE toute fleurie de roses blanches. près du grand lac,on était installé des tonnelles qui abritent les tables recouvertes de jolies nappes en dentelle roses pales et bleues pales;plus de 300 personnes sont réunies ds la cour du chateau ou a lieu la cérémonie;toutes invitées par le chatelain lui même;c’est pas ts les jours qu’on marie son fils;
                      après les voeux,les photos ,c’est l’heure du cocktail de bienvenue;c’est là que la mariée choisit pour lancer son magnifique BOUQUET de fleurs;com le veut une tradition,toutes les filles célibataires désirant se marier ds l’année doivent l’attraper;pour çà les jeunes filles s’installent à plusieurs mètres derrière la mariée et jette le bouquet par dessus l’épaule;nina le lança tellement loin que les filles se reculant soit sur leur droite soit sur leur gauche pour voir ou les fleurs vont atterrir on formait un trou qui laissa le passage de la serveuse qui amenait les cocktails; le bouquet retomba sur son plateau;elle le « ramassa » et le tendit à la mariée pour qu’elle recommence;mais celle ci lui demanda si elle était mariée;comme elle ne l’était pas;nina dit qu’il n’y a pas de raison qu’elle ne le garde pas;ce qu’elle fit tte heureuse;elle retourna chercher d’autres cocktails pour remplacer ceux qui avaient été renversés;on lança la musique et ds le micro on demanda aux mariés d’ouvrir le bal;et que la fête commence.

                      #38445
                      g.p
                      Participant

                        Paquet-centre-climatisation.
                        Mercredi c’est jour de marché. Pendant que les femmes font les courses de la semaine, les hommes réquisitionnés ce jour-là pour être les chauffeurs de ces dames, vont s’installer au bistrot du coin où les attendent les habitués.
                        Le café est un petit boui-boui implanté au centre du village. Il est animé par toutes les conversations des gens du coin. La patronne connait tout le monde. C’est une femme alerte à la voix rocailleuse qui ne se gêne pas pour remettre à sa place celui qui vient à se montrer trop entreprenant. Elle va d’une table à l’autre distribuant petits noirs, limonades, bières, apéros ou paquets de cigarettes suivant les commandes.
                        Elle s’attarde souvent devant la table des joueurs de cartes qui se livrent bataille tous les mercredis. Elle les regarde distribuer les cartes, les mettre en place dans leurs mains calleuses usées par le travail, faire leurs annonces et aussi taper du poing sur la table quand un coup adverse leur fait perdre la partie. Elle jette de temps en temps un oeil sous la table car elle en connait particulièrement deux qui se font du pied quand ils sont partenaires. Mais toutes ces confrontations se font dans la joie et la bonne humeur.
                        L’ambiance dans le café se réchauffe au fur et à mesure que la matinée avance et les volutes de fumée envahissent peu à peu l’espace. Quand le nuage grisâtre devient trop épais et l’air insupportable, la tenancière met en route ce qu’elle appelle sa climatisation. En fait, elle ouvre grand les fenêtres et la porte d’entrée qui, par l’effet du courant d’air, rafraichissent la pièce et évacuent la fumée.
                        Puis vers midi, les sacs emplis de victuailles, les femmes viennent rejoindre leurs maris.
                        Ce même rituel rythme la vie du village depuis que le marché existe et chacun y trouve la convivialité qu’il recherche.

                        #38452
                        marysha62
                        Participant

                          savez-vous que les girafes à l’origine n’avez pas un long cou?comme elles se nourrissaient principalement des feuilles et des bourgeons des arbres;mais au fil des années les jeunes pousses sont devenus des grands arbres et les girafes pour s’alimenter ont du s’adapter à leur milieu naturel; et pour ça elles tendaient le cou au fur et à mesure que les arbres poussaient.
                          le savez-vous? les sirènes n’ont pas tjs été des sirènes;une jeune fille nommée arielle née à copenhague se baignait dans la mer baltique quand soudain elle vit ce qui lui sembla être un énorme poisson;c’était en fait un magnifique dauphin qui se mit à sauter autour d’elle;arielle n’était pas insensible à la grace de l’animal;elle l’approcha et le caressa;il n’était pas insensible non plus à la beauté de la jeune fille;ils devinrent amis et ensuite…ben rien faut pas croire tt ce que je dis;ils vécurent heureux mais chacun de leur côté et n’eurent jamais d’enfant ensemble;la seule chose de vrai est leur amitié;flipper continue de sauter autour de la jeune fille et arielle lui apporte tjs des caresses;the end!

                          #38454
                          thelog
                          Participant

                            Bon , après une dure journée de boulot c’est la détente, je lis les petites histoires avec un peu de folklore et de zoologie sans compter sur les contes et légendes nordiques. 9a me permet de m’évader, de prendre un bon recul et d’oublier les turpitudes de la journée. Ce n’est pas que mon travail est harassant, non, au niveau physique c’est même le contraire, je ne bouge pas assez. C’est de se triturer le ciboulot qui donne mal à la tête et des fois je n’arrive plus à aligner 2 pensées. Alors je quitte la place et m’en vais faire un tour, parler à un collègue, m’aérer dehors. Et puis on s’y remet.
                            Pour parler de Girafe, tu savais que Sophie le Girafe des petits gosses se trouve maintenant au musée Grévin à Paris et d’une bonne grandeur (1,70 m) ça doit impressionner !!!

                            Bon faut que je me concentre sur les mots du jour : Centre Paquet et Climatisation

                            Un grand « Patatras » se fit entendre dans la galerie des jouets de ce centre commercial ! Il faisait nuit et plus personne ne devait être là. Qu’est-ce qui a bien pu tombé et pourquoi a-t-il chu ? Le mystère est posé. Qui va pouvoir mener son enquête ?
                            Dans un des paquets de la rangée concernée, la figurine du détective « Basile » bouge les yeux et fronce le museau. Et voilà le phénomène « Toi Story » recommence et les jouets s’animent les uns après les autres, ça va encore faire un de ces raffut et bazar, qu’il faudra tout ranger avant le retour des ZHumains (comme disent les « Borrowers », vous savez ces petits êtres invisibles qui vivent dans les coins reculés de nos maisons, mais ceux ne sont pas des souris, ni des trolls). Bon, il faut trouver où se situe la chute ? Basile inspecte tous les recoins et tombe sur une panoplie de Zorro qui se retrouve face cachée à terre. ce doit être elle. Elle a du tomber du haut de l’étagère. Oui mais pourquoi ?
                            Basile se recule et observe les différents mouvements qui apparaissent sur les feuilles de présentations des jouets et là il comprend. Oh, ce n’est que le vent qui vient de la climatisation qui en s’étant engouffré dans un mini couloir a eu assez de force pour renverser la boite du costume de Zorro. Rien de magique dans ce phénomène, ni de démoniaque. tout peut maintenant rentrer dans l’ordre car d’ailleurs il est temps de tout ranger le magasin va bientôt accueillir les techniciens de surface et ceux qui rangent les rayons.
                            Voilà, une enquête bien menée, mais qu’attendre d’autre du célèbre Détective Basile.

                            après ça les 3 mots seront :
                            Conseil
                            Disquette
                            Théorie

                            #38461
                            marysha62
                            Participant

                              début août 2003:la météo prévoit de fortes températures ds les jours à venir avec un pic de + de 35° le 12 et le 13;
                              sandra depuis une bonne semaine se rend ts les matins chez sa grand-mère avant d’aller au boulot;il y a 3 jours avec l’aide de ses parents elle a déplacé son fauteuil relax au centre du salon juste en dessous du ventilateur de plafond à pales et lumière;à défaut de climatisation ça fait très bien l’affaire;son père a rallongé les chainettes du ventilo pour que sa mère n’est pas à bouger de son fauteuil pour régler la vitesse ou pour allumer;sur de petites dessertes autour d’elle sandra a déposé la télécommande,des livres,livres de mots fléchés(sa passion), des packs d’eau et des paquets de toutes sortes de friandises,de petits gateaux ou de biscuits;et comme ts les matins depuis les fortes chaleurs elle lui apporte ses gateaux préférés:des abricotines;peut-être pas bon pour la santé mais tellement bon pour le moral;et là elle est sûre que sa mamie aura au moins quelque chose ds l’estomac;et vient vérifier aussi si tout est ok:volets fermées fenêtres entrouvertes pour laisser passer l’air;surtout si elle s’est bien hydratée;elle lui prépare son petit café et un grand verre d’eau qu’elle boit dvt elle;toute activité physique n’est pas bonne pendant la canicule donc sa mamie ne bougera que pour faire sa toilette et aller aux toilettes;sandra part au boulot sans crainte après ttes ses vérifications;elle sait qu’elle sera relayée au midi par sa mère et au soir par son père;

                              • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 3 semaines par marysha62.
                              • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 3 semaines par marysha62.
                              #38481
                              g.p
                              Participant

                                Conseil-disquette-théorie.
                                Depuis que je t’ai rencontrée
                                J’ai stocké tous les mots d’amour
                                Que je t’ai dits et répétés
                                Nuit après nuit, jour après jour.

                                Sur la disquette formatée
                                Tu pourras lire et puis relire
                                Toutes les pages ainsi tournées
                                Depuis le premier souvenir.

                                Alors permets-moi ce conseil:
                                Surtout prends garde à la poussière
                                Qui ferait rendre à l’appareil
                                Une lecture nasillarde.

                                Et puisqu’un jour nous serons vieux
                                Nous transmettrons en théorie
                                Comme le font tous les aieux
                                Cet héritage à nos petits.

                                #38482
                                g.p
                                Participant

                                  3ème strophe il faut lire: « A la poussière prends bien garde » sinon la rime n’est pas bonne.
                                  Il va falloir que j’apprenne à me relire.

                                15 sujets de 511 à 525 (sur un total de 1,186)
                                • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.