• Ce sujet contient 2,247 réponses, 11 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par thelog, le il y a 40 minutes.
15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 2,234)
  • Auteur
    Messages
  • #35962
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    je trouve qu’on s’améliore de jour en jour;je me souviens qu’au tout début du forum du trucmuche on avait ouvert un jeu;on commençait une histoire avec une phrase et une autre personne continuait avec une autre phrase;çà ns faisait parfois des récits bizarres,parfois sérieux parfois amusant;quee y participait aussi;sept je sais plus pareil pour ov et créa;il y avait du monde avt;s’ils s’en souviennent qu’ils me le disent.

    #35963
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    c’est du vécu ton histoire quee

    #35970
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Les histoires à bâton rompu qui s’ensuivent ça peut nous plaire et si ça ramène du monde c’est encore mieux. Mais faut trouver les idées, les thèmes. Il est vrai que de vous lire des suite ou compléments me viennent en tête.
    On continue sur notre lancée et je vous propose le tirage de ce soir :
    Ramper
    Tique
    Vert

    c’est uniquement aléatoire je lance le site que j’ai mis dans ce forum et il me propose 3 nouveaux mots
    on peut conjuguer, et même adapter un mot avec des dérivés. Pourvu qu’on s’y retrouve
    par exemple dans les histoires précédente acuponcture fut employé également comme acuponcteur l’idée est là
    Le principal dans tout ça c’est de faire le break avec le quotidien et de s’évader grâce aux « délires » (dans son sens amusant et tout à fait sain) des autres.

    J’avoue que pour l’instant perso je me régale et chacun a son propre style aussi bien d’écriture que d’intrigue. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me plait beaucoup beaucoup . J’ai hâte de voir ce que vous allez nous envoyer …
    Tous à vos crayons (oh pardon claviers) et que l’harmonie loufoque remplisse les méandres de nos psychismes.

    à demain cher(e)s ami(e)s

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par thelog.
    #35972
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    mon chien a des tiques et des tics;depuis une semaine ,il se met à ramper com un ver;et à force de se traîner sur la pelouse son poil blanc devient tt vert;et tous les soirs il salit la maison et il faut que je l’astique(la maison);oh et puis le chien aussi;rien de tel après que de m’affaler ds le canapé,un verre à la main;mais c’est sans compter sur ce moustique qui me tourne autour ;me débattant pour le chasser je laisse tomber mon verre sur mes pantoufles de vair poser sur le tapis vert(à pique pub);si on m’avait filmée à ce moment là on aurait pu dire que j’avais des tiques car le moustique m’avait piqué et je me grattais un peu partout;ou alors des tics car je faisais des moulinets ds le vide avec mes bras cherchant à chasser l’insecte pratiquement invisible;je me mis à ramper pour ramasser les morceaux de verre sur la moquette avant de la nettoyer;je me dirigeais vers la cuisine chercher le produit et surprise:le chien n’a rien trouvé de mieux que de ramper ds le vin rouge(je sais pas si le vin vert çà existe)et allez on recommence à zéro on astique et le tapis et les pantoufles et le chien;et moi;une bonne chose cependant:à la cuisine j’ai récupéré au passage la tapette électique ah ah électrique;et ben
    et tic fait le moustique en tombant sur le lino; non sur le tapis.
    un petit dilemme;comment écrit-on:aucun des 5 « ver.. »n’est pareil ?
    je voulais écrire 2 lignes mais com j’étais inspiré j’ai continué;mais sur ce,je vs tique euh vous quitte

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par marysha62.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par marysha62.
    #35976
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    très amusant cette version de la vie d’un moustique, d’un chien et le quelqu’un qui nettoie, nettoie et nettoie encore.
    Ton dilemme sur les mots homonymes ne peut aucunement se solutionner. Il te faut en choisir un et puis un autre pour qu’en français écrit cela soit compréhensible. A l’oral il n’y a pas de problème le cerveau sait de quoi on parle.

    Cela me rappelle l’histoire vraie d’un écuyer transportant un petit seau de sable et le sceau du Roi. la voici :

    Un homme, maigre et sot, s’en va à travers la campagne ayant une mission qu’un orfèvre lui avait confiée. Il doit en effet ramener le sceau du Roi à son propriétaire et par la même occasion livrer du sable d’or chez un joaillier de la ville dans un seau. Il est donc en chemin sur son destrier quand un orage brusquement se lève avec force et fracas avec tonnerre et éclairs. La foudre tombe si près de lui que son cheval se cambre et alors (c’est là qu’il faut être astucieux et je vous le note en sons de base : [lé] [troi] [so] [ton] [be]) je vous demande donc : comment l’écrire ?

    #35982
    g.p
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Au cours d’une promenade en forêt avec mon chien j’ai rencontré une charmante dame qui elle aussi tenait en laisse son petit animal.
    L’excuse du chien est bien commode pour engager la conversation. Je m’imaginais déjà faire une conquête sur le plan amoureux tant la dame était jolie.
    Dans l’allée forestière exhalant des parfums d’humus et de feuilles mortes, nous nous assîmes sur un tronc d’arbre vermoulu qui faisait office de banc.
    Les deux chiens que nous avions détachés se croisèrent du regard, se reniflèrent et bien vite devinrent copain et copine. Leurs jeux et facéties nous faisaient rire. Leurs yeux pétillaient de bonheur quand ils se mettaient à RAMPER l’un vers l’autre et à se taquiner un peu avant de s’éloigner et de revenir à la charge tout en rampant.
    Pendant ce temps nous discutions de tout et de rien. Mais la dame était très volubile quand elle ma parlait de son toutou. Elle me racontait dans les moindres détails l’évolution de son animal de sa naissance jusqu’à ce jour. J’appris ainsi qu’un jour elle lui avait enlevé avec d’infinies précautions une TIQUE qui s’était cachée sous sa peau, la fois où elle le sauva d’une noyade et la fois où elle se rendit compte qu’il avait des vers: des ascaris me précisa-t-elle.
    Je me moquais bien de savoir que c’était des ascaris, ce que je voulais c’était son 06!
    Chaque fois que je déviais la conversation, elle revenait à son ami à quatre pattes.
    Un peu lassé de cette attitude, je me levais et lui demandais: « C’est quoi votre téléphone? » dis-je tout bêtement.
    « Un Samsung » me répondit-elle.
    J’étais VERT de cette réponse d’autant plus que je lus dans son regard pétillant de malice la joie de m’avoir si bien évincé.

    #35984
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    très drôle gp
    je connaissais l’histoire des so ;c’était pas celle là mais çà revient au même;il a qd même fait le grand saut
    la + vieille que je connaisse employant des homonymes et la comptine
    il étais d’une fois dans la ville de foix ,une vendeuse de foie qui se dit ma foi c’est la 1ère fois et la dernière fois que je vends du foie ds la ville de foie.
    çà c’est la version que ns « chantions » petit( en cour de récré,on se mettait face à face,on se tapait les cuisses,on se tapait les mains(com pour applaudir) et ensuite on tapait la main droite de notre partenaire de jeu et ensuite la main gauche et on recommençait de + en + vite), mais je crois que c’est pas tt à fait çà;où peut-être que les autres versions ne sont pas les bonnes,qui sait?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par marysha62.
    #35986
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    La journée d’automne commençait à peine et la petite brume du matin se levait sur la plaine. BoisCassé, le vieux cerf de la forêt arpentait majestueusement son territoire en compagnie de son harem de biches. Soudain, un cri retentit dans le lointain. C’était un jeune cerf qui revendiquait en réant le droit de régner sur les biches. BoisCassé lui répondit avec un brame encore plus puissant et très vite les deux antagonistes furent face à face. Le combat était alors inévitable et les cris des deux cervidés n’allaient rien y changer.
    Ils se préparèrent donc à charger l’un sur l’autre en y mettant toute leur force. Les chocs des ramures s’entendaient à des kilomètres.
    Les biches n’en n’étaient aucunement affectées (elles avaient l’habitude ; c’est comme ça tous les ans).
    Cette bataille qui se déroulait loin des hommes était quand même observée par un individu d’une autre espèce qui semblait intéressé par l’issu du combat, surtout si blessé il y avait.
    Félix, le lion des montagnes, était en cette saison du rut descendu pour chercher pitance dans la plaine. Il s’était donc mis à ramper à l’orée des bois et d’un oeil patient il regardait qui des deux adversaires l’emporterait ; surtout intéressé par le perdant .
    Il était si absorbé par la scène belliqueuse qu’il ne sentit même pas une tique s’accrocher à sa toison et entrer son rostre dans sa peau pour lui retirer un peu de sang. Quelque temps plus tard elle le quitterait pour un autre hôte ou pour faire son nid.
    Mais revenons à notre combat.
    Le vieux BoisCassé avait l’air d’avoir le dessus et très vite on vit l’autre protagoniste se retirer sans qu’il y ait eu de blessures graves. L’honneur des cervidés était sauf et un année encore il jouirait de la compagnie de ces dames cerf.
    Félix, pour sa part, n’était pas satisfait. Il aurait aimé goûter à la chair d’un des deux animaux et il se rabattit sur des rongeurs qu’il trouva dans le tapis vert des sous-bois.
    « Je reviendrais au printemps lors des naissances », se dit-il ; « peut-être aurai-je la chance de croquer du faon ! » (eh oui c’est la nature ; manger et être manger).

    Ainsi se passa une journée d’automne dans les plaines et les forêts de notre belle planète.
    Voyez comme la nature est belle et charmante et ce en toute saison.

    bon samedi à tous

    #35987
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Pour l’anecdote, ce récit sur les [so] fut dite par Bernard PIVOT et la solution car il y en a une, était trouvable grâce à un adjectif : l’individu en question est MAIGRE et sot. Du coup, la fin de l’histoire devient : l’étroit sot tombe on ne parle pas des 2 autres.
    Ah, les récréations, quel bon temps on y passait à jouer à divers jeux et chamailleries. Tu en as un très bon souvenir Mary et moi aussi ceux-ci sont gravés dans ma mémoire : les parties de billes, d’osselets, de FOOT, de chat perché et aussi des discussions à n’en plus finir. Mon beau père avait l’habitude de dire qu’il y avait trop de temps morts entre les récrés. Pour ma part, j’aimais bien aussi les temps de classe. Et surtout cette odeur d’encre et de craie, de cire et un peu de poussière. La chaleur du poêle qui réchauffait toute la pièce. Les moments calmes à écouter l’enseignant(e) nous apprendre un peu d’histoire, de géographie quand ce n’était pas le moment de la dictée ou des calculs. Oui quels bons moments nous passions sur les bancs de l’école avec l’énergie et l’insouciance de la jeunesse. Et maintenant ? Comment se passent les journées à l’école avec le monde trépidant et la technologie omniprésente ?
    Mais nos jeunes de maintenant sont armés pour cette vie là car dès leurs tendres enfances ils sont baignés dans le jus du modernisme, des écrans tactiles, des réseaux et des multi-médias.
    Je suis quand même rassuré car je vois apparaitre des mouvements pour revenir aux essentiels de la vie humaine, pour s’éloigner des gadgets et de la vie facilité par le numérique. ça , ça me fait du bien …

    G.P. encore une page bien amenée avec du suspense et de la fantaisie ! entre-nous tu devrais te mettre à écrire un roman dans lequel tu y mettrais toutes les facettes que tu nous a dévoilées (du policier, du romantique, de l’énigmatique et du burlesque etc.)
    Peut-être est-ce le cas ? En tout cas tu as un français bien plus que correct pour ne pas dire parfait (tu dois ou devais être prof !!!)
    Je pense que les réformes qu’on entend sur l’orthographe et la grammaire ne sont pas pour te plaire. Ni à moi.
    Bon , bonne journée et à ce soir pour vous lire et inscrire les 3 mots de demain

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par thelog.
    #35991
    Queenie
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Je me souviens Mary…des sots et des histoires enfin pas des histoires mais qu’on complétait…
    Vécues ou pas,mes histoires ne seraient pas dignes d’être racontées. ET d’ailleurs en ce qui me concerne je préférais les cours aux récrés car j’avais peu d’amies…Et pendant les cours au moins je me sentais vivante…Pas besoin d’un VERRE sur le canapé d’un rose passé.
    Je répondais aux questions des maîtresses parce qu’à cette époque le seul mâle de l’école était le directeur et encore pas toujours.En fait je crois même n’avoir eu que des institutrices (terme que je préfère à professeur des écoles) et une seule directrice, très gentille. Tout comme mes instits. Je n’ai eu qu’une seule maîtresse « méchante » en CM1. Elle était crainte de toutes!!!Et tapait sur nos doigts avec une règle. Mais j’étais tellement sage que je n’en n’ai jamais eu.J’étais plutôt du genre à RAMPER. Enfin j’étais un peu étourdie et très craintive, ce n’est que par la suite que je suis devenue un peu plus téméraire mais si peu. Ce n’est pas un adjectif qui me caractériserait.Il y avait dans mes cahiers du jours plus de VERT que de rouge et ça me rendait fière.
    La prochaine fois je changerai de personne sinon on croit toujours que je raconte ma vie.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par Queenie.
    #35993
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    A l’école des filles, Queenie nous raconte la vie studieuse d’une enfant timide et isolée. Mais je pense que dans la classe des TIQUES (oh pardon teignes) devaient aussi s’affirmaient et se hissaient à la tête du groupe des rebelles. Il y en a toujours des malins ou des malines qui font les fortes têtes et taquinent les « bons » élèves. Chez les garçons se sont les durs, les manuels qui détectent les intellos et s’en prennent aux plus faibles. Les enfants peuvent être cruels parfois.
    Merci pour ce petit récit Queenie et comme tu le suggères détache-toi de ton récit en employant le il ou elle (si tu vaux parler de quelqu’un). Et laisse ton imagination vagabonder et prendre appui sur ton vécu et tes connaissances pour nous faire voyager dans la féérie de tes rêves. Evites les cauchemars c’est pas trop sympa.

    à ce soir

    #35994
    g.p
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Eh non Thelog ! Je ne suis pas prof. Je suis simplement retraité de la Poste devenue Banque postale. Mon père mineur, émigré italien, avait passé son certificat d’études à 27 ans et nous avait dit (à mes frères et moi) : « je vous laisse aller jusqu’au bac et après c’est le boulot! » J’ai raté mon bac et me suis mis au boulot.

    #35998
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    com quoi pas besoin d’avoir le bac pour être cultivé;je parle aussi en connaissance de cause;j’ai qu’un bepc et un bafa;pareil pour moi j’ai raté le bac 2 fois et j’ai pas pu tripler ma seconde donc j’ai travaillé;e
    j’ai aussi mal vécu ma primaire;j’étais aussi très timide;et pareil que quee, ma maitresse de cm1 me criait dessus pour me secouer;même si j’avais les bonnes réponses je ne levais jamais le doigt de peur de bafouiller;j’étais plus forte à l’écrit surtout en ortografe lol;je n’aimais pas l’école;j’attendais tjs la récré avec impatience;pas forcément pour jouer mais juste pour être dehors;pas coincé sur un banc tte la journée;c’est en fin de 5è que j’ai commencé à vaincre ma timidité;tout çà parce que les « grands » de 4ème n’arrêtaient pas de m’appeler la petite sixième;et oui j’étais une des + petites de ma classe et des autres d’ailleurs;c’était pas méchant mais ce jour là çà m’avait agacée donc j’ai répliqué,les joues toutes rouges: »plus c’est petit plus c’est gentil plus c’est grand plus c’est c.. et puis d’abord suis pas en 6è suis en 5è »;des paroles que m’avait données ma grande soeur qui était ds le même collège que moi;j’avais un peu peur de leurs réactions,ils étaient 4 garçons;il y avait du monde ds le couloir qd même;les copains du gars qui m’avait dit çà s’est fait charrié par ses copains;il y en a 1 qui avait répondu en chahutant l’autre;c’est qu’elle mordrait la petite sixième euh 5è;et on partit ts en classe ;depuis ce jour qd j’ai vu que je pouvais répliquer à quelqu’un que je ne connaissais pas j’ai commencé à vaincre ma timidité et à parler avec d’autres personnes avec qui j’avais envie depuis longtps et avec qui je n’aurai jamais osé avt;je vs dit pas en 4 è je me suis rattrapée et je faisais même un peu le bazar

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par marysha62.
    #36004
    thelog
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    Bon sur ces confidences, je vous propose les 3 mots pour ce merveilleux dimanche de novembre
    Sucette
    Perroquet
    Huissier

    chez mon huissier, un perroquet adore les sucettes (facile)

    En tout cas G.P. tu as un certain talent et même un talent certain pour nous emmener avec ta prose vers Ves merveilleux univers
    Moi pour ma part je suis allé un peu plus loin que le BAC comme jamais bon en math j’ai fait sup et spé puis une année d’armée et enfin 1 an en école d’ingénieur puis n’y arrivant plus et ayant des responsabilités familiales je suis entré Das la vie active. entre nous je pense que mon année sous les drapeaux (où j’ai connu la grande diversité des individus de notre grande et belle nation) m’a démotivé un peu.

    Mary être timide n’est pas une tare et être son contraire (je ne trouve pas le mot) n’est pas toujours un avantage. Savoir s’affirmer et être toujours véridique par rapport à soi, c’est là qu’on existe à nos yeux et aux yeux des autres.
    Les années nous préparent ainsi à affronter avec nos capacités les différents aspects de notre vie d’adulte.

    Bon à demain les copains et copains.

    #36005
    marysha62
    Participant
    • 0
    • 0
    • 0

    oui mais une timidité maladive est pénible à porter;le manque de confiance en soi empêche d’aller vers les autres:j’avais qu’une « amie »en primaire;on s’est rapprochées, car venant d’un « milieu défavorisé » elle était rejetée par les autres;elle habitait les barraquements com on disait ds le quartier:des vieilles maisons de cité;ns (ma famille) on les cotoyait les gens des barraques;une bonne partie de ma famille(grands parents,tantes oncles cousins cousines) y habitaient.je la vois encore de tps en tps,elle habite pas très loin de chez moi;du moins c’est moi qui habite pas très loin de chez elle;suis revenue il y a presque 30 ans habiter le quartier de mon enfance.
    le huissier de justice sirotait tranquillement un perroquet cherchant désespérément ce qu’il allait faire de toutes les sucettes à l’anis qu’on lui avait laissait en dédommagement;voilà ma phrase courte bonne nuit

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année par marysha62.
15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 2,234)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.